Bilan Jeune fille au pair

3 mois ! – La langue – 3/3

langue

LA LANGUE

Piqûre de rappel :

Il faut savoir que oui mon souhait était de partir en Italie, mais que je ne parlais pas un mot d’italien à mon arrivée mis à part «Ciao» et «Pasta». Je me souviens que les premiers jours je me sentais comme un ovni, je ne comprenais absolument rien de ce que les enfants pouvaient me raconter, impossible également de dialoguer avec eux car ils ne parlent ni français et très peu l’anglais, donc oui heureusement que Sara, la maman parlait bien français sinon clairement ça aurait été compliqué.

La fatigue:

Le premier mois j’étais très fatiguée. Au début je pensais que c’était la fatigue que j’avais accumulé durant l’année entre mon mémoire, les cours ainsi que la saison d’été au restaurant. Alors il y a eu sans doute un peu de ça, mais la réalité était tout autre, j’étais fatiguée car d’un coup je me suis retrouvée immerger totalement dans un pays où réellement je n’ai pas eu le choix, j’ai dû réussir à m’exprimer et à essayer de comprendre ce qu’on me dit. Dans tous les cas c’est une impasse, car que ce soit à la maison, en ville, à l’école, avec les gens que j’ai rencontré je ne pouvais aucunement nier. Donc oui, je pense que le premier mois il faut s’attendre à être vanné, le plus drôle c’est que c’est une fatigue que je n’avais jamais connue avant.

La confiance en soi:

Apprendre une nouvelle langue m’a donné plus confiance en moi. Je m’explique au début je ne voulais pas parler italien tant que je n’étais pas sûr de ma phrase, je n’arrivais pas à me lancer tout simplement. Parfois je commençais ma phrase en italien et je la finissais en anglais, en français et parfois je faisais un mix des trois (trop fort !).

Je me souviens de moi début octobre, je devais aller à la poste cherchait des timbres, je répète la phrase au moins 5 fois dans ma tête avant que ce soit mon tour, je revérifie sur Google traduction le mot « Francobolli ». Arrivé à mon tour, je perds totalement mes moyens et là je dis bêtement la phrase que j’avais vu et revue en anglais. Je suis ressorti de la poste et je m’en voulais tellement qu’au final ça m’a servi de leçon, quand on apprend une langue il faut oser tout simplement. Mais petit à petit on se rend compte qu’on devient plus à l’aise, on tente des choses notamment quand je suis avec des amis car ils ont la gentillesse d’être patients et de me corriger.

La concentration:

Je reviens au point n°1 la fatigue. La fatigue se fait aussi parce qu’il faut être un minimum concentré pour comprendre ce qu’il se passe. Alors maintenant c’est sur ça va mieux, quand je suis en classe avec Mme Lasagna où à la maison je comprends majoritairement tout ce qui passe. Après quand je sors avec des amis, quand je regarde un film, quand j’écoute la radio, là je dois être davantage plus concentré ce qui est totalement normal. Mais je me rends compte que plus les semaines passent plus j’ai moins besoin de traduire en français ce qu’on me dit ou ce que j’écoute, ce qui est plutôt bon signe !

Les différents interlocuteurs :

Alors évidemment, je disais que c’était plus facile de comprendre ce qu’il se passait à la maison où en cours, mais ce sont des personnes que je côtoie depuis le début. Mais j’ai quand même un petit stress à chaque fois que je rencontre une nouvelle personne, car je ne sais pas si cette personne va parler vite ou non, avec un accent prononcé ou pas, ça dépend également de l’âge de celle-ci. Un enfant aura des conversations plus décousues donc là il faut avoir un degré d’attention au maximum car pour un peu qu’il vous pose une question vous êtes mort ! J’ai remarqué que ça marchait également pour les films, il y a quelques semaines je suis allée voir Peter Pan avec les enfants, il y a des scènes entières que je n’ai pas vraiment comprises car il suffit que le personnage est une voix bizarre, qu’il fasse une blague où qu’il ne parle pas d’une manière contemporaine alors là c’est foutu. Par contre début décembre, je suis allée voir Mon Roi de Maiwenn (changement d’ambiance totale) donc en italien évidemment et bien pour le coup j’ai tout compris. Alors évidemment il me manque du vocabulaire, mais il n’y a pas une seule fois où je me suis dit « Mince je n’ai pas compris cette scène ». Enfin si je me le suis dit mais pour des raisons critiques ahaha.

Conclusion :

Conclusion, conclusion… C’est difficile de faire un bilan sur ses propres compétences, il faut savoir rester modeste quand même ^^ ! Jean-Briac et mes parents étaient « impressionnés » quand ils sont venus me voir mais je pense que ça reste toujours impressionnant quand on connaît quelqu’un qui apprend une nouvelle langue en peu de temps, surtout que personnellement je savais que c’était des phrases pas mirobolantes et que quelques fois je faisais des fautes. Après oui heureusement qu’en 3 mois d’immersion j’arrive à me débrouiller un minimum sinon ça serait inquiétant. Je me dis aussi que pour la personne qui part en Angleterre par exemple, qui normalement à des bases, c’est vraiment faisable en trois mois de revenir avec un super niveau. Après il y a encore énormément de travail à faire après les vacances de Noël, va falloir être plus studieuse car je passe mon examen pour accéder au niveau C1 fin janvier !

Je pense faire un article encore plus complet sur l’apprentissage d’une langue notamment sur les différentes étapes que j’ai rencontré. En attendant j’espère que ces petits témoignages vous auront plus et peut-être aidé pour certain à se décider à partir un peu à l’étranger.

Je vous invite à lire les deux précédentes séquences de ce “petit” bilan qui sont la famille et le pays.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply