Bilan Jeune fille au pair

3 mois! – Le pays – 2/3

IMG_5331

LE PAYS

Je souhaitais partir en Italie car premièrement j’adore ce pays. C’est un véritable coup de cœur. J’avais déjà visité pas mal de ville : Rome, Venise, Florence, Milan, Naples, Pise et Capri, toutes aussi jolies les unes que les autres mais qui ont quand même leurs traits de caractère, je savais à quoi m’attendre tout simplement. Donc quand j’ai su que c’était l’Emilia Romagna où j’allais passer un an j’étais très contente car je ne connaissais pas du tout la région. De plus c’est très central, je suis juste à côté de la Toscane, la Vénétie et de la Lombardie, donc il y a un véritable potentiel.

La gastronomie

Soyons clair, je n’ai jamais aussi bien manger en trois mois. Je sens déjà les réflexions venir mais c’est une vérité. Je mange très très bien en France, mais disons que je préfère la cuisine quotidienne italienne à celle française. Je m’explique : Au début j’avais un petit peu d’appréhension à manger des pâtes tous les jours, car oui ici les pâtes c’est le plat que l’on mange avant le plat principal. MAIS on se rend vite compte que les formes, les variétés, les sauces changent à chaque fois et sont réalisées avec amour et c’est un véritable plaisir d’en manger à chaque fois tellement que c’est bon. Clairement, je ne cuisinerai plus jamais les pâtes comme j’avais l’habitude de le faire en France, soit dit bien souvent trop cuites, avec une sauce “così così“, sans assaisonnement et mangé eu deux temps trois mouvements car en général quand on fait des pâtes c’est qu’on est pressé…

Également j’ai remarqué que je mangeais plus de fruits et de légumes, alors après est-ce qu’on est dans le Sud et que les produits sont plus a portés de main ou est-ce que c’est parce-que ma famille fait attention et que je suis le rythme, honnêtement je ne sais pas.

Le parmesan et le balsamique… Réellement c’est une révélation ! Enfin le parmesan j’exagère car il est aussi bon que celui qu’on prend chez moi à Saint-Malo, mais le balsamique c’est juste dingue. J’en met partout, sur mes salades, ma viande, mon fromage, mon yaourt avec du miel, c’est une petite addiction.

La petite surprise c’est que je pensais vraiment, avant de partir en septembre, que ce qui allait me manquer énormément c’est le pain, le beurre demi-sel et le fromage… Finalement ça passe.

L’art:

Si j’ai choisi l’Italie c’est bien évidemment pour l’art qui est présent à chaque coin de rues. Peintures, sculptures, architectures etc. sont présents dès qu’on y accorde un peu d’attention ce qui donne un petit côté magique. Alors là encore on va me dire : « Mais en France aussi ! ». Oui en France aussi. À mon sens il y a quelque chose de plus exotique, comme-ci le temps c’était arrêté. Et puis il y a des villes qui sont extraordinaires, Vérone et Sienne sont définitivement mes coups de cœur de ces trois derniers mois. C’est un plaisir tout simplement.

Les gens:

Les membres de ma famille m’ont tout de suite mis à l’aise. Je crois que le plus drôle ce sont les personnes âgées comme la tante et la grand-mère où on est vraiment dans un stéréotype italien. Elles se préoccupent de toi, disent « Mamma Mia » tout le temps et elles font à manger pour 10 000 personnes alors qu’on est 6 à table. Globalement je suis tombée sur des gens très sympathiques, que ce soit le contrôleur de train qui est curieux de savoir ce qu’une française fait à Carpi, la postière qui cherche à m’aider ou les voisins qui veulent de mes nouvelles, je dois dire que c’est très agréable.

Les points forts :

Vivre dans un autre pays pendant aussi longtemps m’a permis d’être encore plus débrouillarde que ce que je l’étais déjà. J’ai pris également des réflexes, surtout en cuisine que je n’avais pas avant notamment pour faire les pâtes. Également, j’ai remarqué que je prenais plus le temps de discuter avec les gens. Je suis plus ouverte aux dialogues avec les commerçants où même avec des amis de la famille que je connais à peine car ce n’est pas en restant dans son coin que l’intégration se fait, c’est aussi simple que ça.

Voilà ce qui ressort donc, et naturellement la troisième séquence de ce bilan sera : La langue !

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply