Bilan Jeune fille au pair

3 mois! – La famille – 1/3

IMG_6398

Waouh ! 3 mois que je suis ici, je ne réalise pas du tout ! Le temps passe si vite… Je vous propose un petit bilan de ces trois derniers mois en une série de 4 épisodes. Ainsi je commence cette première étape avec pour sujet: La famille !

Le choix :

Je me suis inscrite sur AuPairWorld en mars et j’ai véritablement trouvé ma famille fin juin après quelques échanges Skype, pour arriver en septembre en Italie dans la merveilleuse ville de Carpi. Alors évidemment ce n’est pas Rome, Milan ni Florence, mais trouver une famille c’est avant tout une question de feeling. Quelques familles m’avaient contacté de villes bien plus grandes que Carpi, et forcément il y a plus de tentation mais si on ne le sent pas je ne vois pas pourquoi on se forcerait. Finalement, je me souviens d’avoir été assez positive face à ce choix en me disant qu’être dans une ville moyenne assez centrale, me permettrait plus de bouger à droite à gauche et surtout elle était située en Emilia-Romagna, une région que je ne connaissais pas du tout, pourtant j’étais déjà allée 4 fois en Italie avant, là seule chose dont je savais c’est que c’était une région gastronomique (Malin le lynx). Tant de raison qui m’ont poussé à venir ici, et je ne regrette pas une seule seconde.

Le départ :

C’est quand même assez stressant. Car il faut régler des papiers – #mercipapa, faire sa valise, essayer de rien oublier, dire au revoir à sa famille à ses amis sachant que tu pars sans vraiment savoir quand est-ce que sera la prochaine fois que tu les reverras. Mais surtout, c’est que tu pars vers l’inconnu totale… Je me souviens d’avoir eu Sara la veille de mon départ et elle me demandait si des pâtes au pesto ça irait pour mon arrivée, à ce moment là une partie du stress était parti, juste parce que je savais qu’on allait bien manger. Mais quand même à l’aéroport tu ne fais pas trop la fière, surtout quand tu vois DSK prendre le même terminal que toi et d’un coup tu espères qu’il ne soit pas dans le même avion que toi. Après 3 :30 de transport en commun j’arrivais donc à Carpi où la famille m’attendait sur le quai de la gare et là j’ai su que tout irait bien.

L’adaptation:

Pour être jeune fille au pair, je pense que l’une des qualités à avoir c’est l’adaptation. Il faut quand même avoir un esprit assez large, et ne pas oublier que ce n’est pas ta famille (du moins c’est ce qu’on se dit au début). Les premiers temps c’est beaucoup d’observation au final, observer un mode de vie complétement différent du mien. Par exemple, je suis dans une famille catholique alors oui sur le moment ça peut surprendre de faire le bénédicité avant de manger (oui oui comme dans les films américains). Également il y a trois enfants, il faut prendre le temps de bien comprendre les univers de chacun, savoir aussi quels sont les points faibles et forts. Vice-versa l’enfant doit s’adapter à une nouvelle personne qui arrive un peu comme un cheveu sur la soupe dans sa famille qui en plus ne parle pas un mot d’italien, alors évidemment au début ce n’est pas facile.

L’acceptation:

Mais il y a quand même cette phase de l’acceptation qui arrive après quelques semaines et là ce n’est que du bonheur. Car même si les parents sont super, qu’ils m’ont accueilli les bras ouverts et que je me suis sentie chez moi dès la première semaine, il faut quand même faire ses preuves, notamment sur la confiance. Je dirai que c’est le maître mot, prouver que les personnes peuvent avoir confiance en nous, il n’y a rien de pire quand un enfant sent la peur ou le doute avec une personne qu’il connaît à peine. Aujourd’hui je pense qu’on me considère comme un membre à part entière de la famille et moi de même c’est “ma famille italienne”.

Les points forts :

Ce qui ressort de positif de ces trois mois, c’est que vivre dans une famille qui n’est pas la sienne déjà m’a fait prendre du recul sur beaucoup de choses. La liste serait longue, mais clairement il y a certains points où je me sens plus sereine qu’avant. Après c’est l’ouverture d’esprit, évidement que je l’avais déjà avant de partir, mais disons qu’il y a peut-être plus de tolérance ou de compréhension sur certains sujets comme la religion où j’avais réellement une image assez négative jusqu’à présent.

Voilà pour ce premier épisode, demain je vous prépare la seconde étape: Le pays !

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    mercotte
    11 décembre 2015 at 1:57

    Très sympa Marion, à suivre donc !

  • Leave a Reply