Cityguide Émilie-Romagne Italie Parme

Parma

Parma

Parme, disons que je connaissais de nom comme tout le monde je pense grâce à son jambon mais aussi part l’École de Parme, florilège artistique pendant la Renaissance avec Le Corrège (Il Corregio) et Parmesan (Parmigianino), mais sinon oui pas grand chose.

Je n’avais pas vraiment regarder sur internet ce qu’il y avait à voir dans le centre historique, je me suis un peu laissé guider en sachant juste que je voulais faire la Galleria Nazionale. Je suis descendu du train et je l’ai donc un peu fait à l’instinct.

Première surprise la Via Garibaldi et ses commerçants. Je suis arrivé le matin aux alentours de 10:30, tout le monde faisait ses petites emplettes, papotaient, buvaient un expresso dans le café du coin. Une rue vivante qui attire le regard avec ses belles vitrines. En montant la rue je me suis arrêté devant une église non pas pour sa façade, car au début je n’avais même pas remarqué duquel bâtiment il s’agissait, mais de la peinture que l’on voyait à travers la porte d’entrée. Magnifique, le ton est donné.IMG_5571

Via Garibaldi

Au bout de la rue on tombe sur le dôme de la Basilica di Santa Maria della Steccata, mais aussi sur la Pinoteca/Galleria Nazionale, mais également à l’embouchure d’une rue on aperçoit le Duomo et le Baptistère (photo de couverture). Alors si on fait un tour à 360° nous sommes à un véritable carrefour tellement représentatif de la ville: Les commerçants qui vantent leurs plus beaux produits régionaux, L’église et le Duomo qui part leurs prestances architecturales  mettent en lumières la religion et enfin la collection de la Pinacoteca représentatif des artistes parmesans.

Cattedrale di Santa Maria Assunta, Campanile et Baptistère

Je me suis dirigé de suite vers le Duomo et le Baptistère, pour les visiter il faut y aller avant 12:00 car sinon ça ne ré-ouvre pas avant 15:30. Naturellement, il m’a paru logique de commencer par le baptistère, non seulement parce qu’avec son marbre rose il est séduisant mais c’est aussi la première étape avant de rentrée dans le Duomo. Je m’explique, les baptistères sont souvent en dehors de l’église tout simplement parce que c’est un lieu clé, une étape dans une vie, pour ensuite rentrer dans l’église baptisé et continuer son chemin de vie, tout ça pour dire que pour une fois j’ai voulu être logique.

Sympa la terrasse..

Sympa la terrasse..

IMG_5602

Bon la coupole est époustouflante, moi qui aime bien l’iconographie j’ai passé quelques minutes a essayé d’avoir une vision d’ensemble. Paradis, Apôtres, Évangiles, Ancien et Nouveau Testament.

IMG_5604

Dans le Duomo je suis tombée sur une messe, impossible d’aller plus loin que le milieu de la nef et des bas côtés, donc c’est avec une grande tristesse que je n’ai pas vu le dôme réalisé par le Corrège, 1526-1530, représentant L’Assomption de la Vierge, ce sera pour une prochaine fois…


Juste à côté de la place il y a Oliva Stampe Antiche, clairement c’est le genre de boutique qui me fait frissonner, où je pourrai y rester des heures à regarder chaque estampe une par une. Présent depuis 1897, on y trouve de tous les thèmes: Herboristerie, animalier, portraits, géographie, histoire… Les prix sont raisonnables, compter 80/100€ pour une estampe moyenne, en maison de vente le prix peu doublé et l’estampe est loin d’avoir cette même qualité. Clairement j’y retournerai mais il faut déjà savoir ce que je veux avant de rentrer dans le magasin sinon je peux réserver ma journée.

oliva

"Je suis un papillon"

“Je suis un papillon”


Bon trêve de plaisanterie, il était plus de midi et si il y a une chose que j’ai quand même regarder avant de partir c’était de voir ou je pouvais manger un truc sympa. Adorable Olivier Marie qui s’est fait un road trip italien cet été, m’a donné avant mon départ un guide réalisé par la ville, sur toutes les boutiques/restaurants qu’il y a Parma. J’ai trouvé mon bonheur en allant à I due Gatti (Les deux chats), restaurant sur le pouce qui fait des pizzas et des focaccias.

IMG_5625

IMG_5633

Life is short. EAT pizza.

Ambiance qu’on voit un peu partout maintenant mais ça reste très plaisant. Je me suis lancée pour une Foccacia Bressaola – Roquette – Mozzarella le tout juste toasté dans un pain croustillant et moelleux à la fois. Idéal pour repartir à la reconquête de la ville.

jh

Strada Nino Bixio

parmaa

Basilica di Santa Maria della Steccata


À la Galleria Nazionale, l’entrée n’est autre que le Théâtre Farnèse construit en un an seulement, 1617/1618. Dans un grand salon, on peut admirer alors ce théâtre unique, entièrement réalisé en bois, inauguré en 1628 pour le mariage de Marguerite de Médicis (La fille de Côme II de M.) et Édouard Ier de Farnèse (Fils de Ranuce Ier Farnèse), bonjour le mariage arrangé pour renforcer l’alliance entre les duchés de Parme/Toscane. Il n’aura servi que 8 autres fois sous le temps des Farnèse car ça représente un coût faramineux pour chaque représentation.

Continuons la visite…

Agnolo Gaddi, Madonna col Bambino in trono, 1375, Tempera et or sur bois

IMG_5685

Léonard de Vinci, La Scapigliata (L’Ébourifée), 1508, Terra ombra, ambre verdie, et céruse sur bois – Peinture inachevée

Parmesan, Portrait de femme, 1530, Huile sur toile


Il est bientôt l’heure de repartir mais j’ai pris le temps d’aller voir la Camera di San Paolo (La chambre de Saint-Paul) dont les fresques sont réalisées par le Corrège. en 1519 pour une commande privée, celle de Giovanna Piacenza. Je me retrouve donc dans cette petite pièce, toute seule, quelle chance j’ai eu, pour contempler ainsi tous les détails de cette voûte parapluie, gothique tardif, que l’on discerne à peine. 2Le thème n’est autre que la chasse, on peut voir les Putti avec quelques attributs, des chiens, une tête de cerf, des flèches et des arcs. Évidemment qui dit chasse dit Diane, présente sur le foyer de la cheminée sur son char tiré par quelques chevaux. Le choix de cette déesse n’est pas un hasard car dans le blason de la commanditaire, qui se trouve au niveau de la clé de voûte, on trouve un croissant de lune, or ce symbole est associé à notre divinité.camera

Mon petit côté historienne de l’art va parler maintenant pour mes amis de la faculté mais aussi évidemment pour tout autre personne à qui ça intéresse: E.H Gombrich et Panofsky ont réalisés par mal d’écrit à propos de cette pièce car ça reste un mystère dans la composition et le cycle iconographique notamment au niveau des niches/lunettes. Je compte bien me commander la réédition de Panofsky, Corrège, la camera di San Paolo à Parme aux éditions Hazan, car réellement ça à l’air d’être fascinant.


parma

Cattedrale di Santa Maria Assunta et le campanile Monastero di San Giovanni Evangelista

C’est ainsi que s’achève cette belle journée à Parme, j’espère vous avoir donné l’envie d’y aller vous promener. Vous l’aurez compris Parme est multiple et peut en charmer plus d’un!

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply